SAR définit l’anxiété comme: « L’état d’agitation, d’agitation ou d’anxiété ». Cependant, vraiment celui qui a souffert, souffre sporadiquement ou pour qui il est son grand compagnon au quotidien est quelque chose qui mérite une définition de plus de neuf mots.

Tout d’abord, toute anxiété n’est pas nocive pour le corps et l’esprit, il existe un certain niveau d’anxiété positive, cette agitation qui nous aide à sortir de situations compliquées. En d’autres termes, cela nous aide à être conscients des dangers possibles ou à être attentifs aux événements pertinents. Cela fonctionne comme une sorte d ‘«ange gardien» à l’intérieur.

L’anxiété peut également être négative.

Par contre, on retrouve une anxiété négative … En quoi est-elle différente de la précédente? Ce type d’anxiété provoque une peur exagérée et irrationnelle d’un événement (comme la peur de parler en public, de monter dans un ascenseur, etc.) qui, en plus des réactions psychologiques évidentes, s’accompagne de réactions physiques (transpiration, palpitations, tremblements, inconfort gastrique) …) dans l’attente que quelque chose de catastrophique se produise, même si c’est très peu probable.

Plusieurs troubles sont dérivés de l’anxiété négative, tels que:

  • Trouble panique
  • Trouble obsessionnel-compulsif (TOC)
  • Trouble de stress post-traumatique (TSPT)
  • Phobie sociale (ou trouble d’anxiété sociale)
  • Phobies spécifiques
  • Trouble d’anxiété généralisée (TAG)

Conseillé: Quel est le meilleur antidépresseur naturel?

Techniques pour réduire l’anxiété

Bien que chacun d’entre eux bénéficie d’un traitement spécifique, nous pouvons ajouter une série de techniques qui aident à améliorer les états d’anxiété:

1. Exercice physique

L’exercice nous aidera à éviter une activation excessive du système nerveux et à obtenir un sommeil plus réparateur. Si notre état physique ne nous permet pas de faire de l’exercice, nous pouvons choisir des rythmes doux à de courts intervalles.

2. Sommeil et habitudes alimentaires

Une alimentation déséquilibrée peut altérer certains symptômes gastro-intestinaux associés à certains états d’anxiété; une alimentation saine et équilibrée nous aidera à la contrôler. En ce qui concerne le sommeil, les bienfaits de bien dormir sont évidents, si l’on se rend compte que l’anxiété ne nous laisse pas dormir (ou pire, la pensée que l’on ne peut pas dormir, ne nous laisse pas dormir), on peut choisir de lire quelque chose d’ennuyeux jusqu’au rêve lui-même arriver. à nous rendre visite

3. Modélisation (observation)

Comme nous l’avons appris d’Albert Bandura, nous pouvons utiliser le mannequinat en regardant d’autres personnes qui ne montrent pas d’anxiété pour des événements qui ne montrent pas ces sentiments redoutés. Même parler à des gens qui ont réussi à surmonter les problèmes d’anxiété et qui commentent les techniques qui ont fonctionné pour eux, redonne l’espoir de pouvoir le contrôler.

4. Sens de l’humour

Notre tendance pour les situations qui nous angoissent est de réagir négativement et de la prendre très au sérieux. Parfois, une personne anxieuse ne réalise pas à quel point sa réaction peut être ridicule. Il est également important de voir la partie amusante et optimiste des problèmes. Par exemple, avant une pensée récurrente, on peut essayer de la chanter ou de se dire dans une autre langue.

5. Méditation et pleine conscience

Il est probable que vous ayez entendu parler de la pleine conscience, c’est une technique de méditation qui vous aidera à atteindre la pleine conscience. Dans un environnement détendu, où vous garantissez que personne ne vous dérangera, concentrez-vous sur la respiration, les sensations corporelles, le son ou un objet et pratiquez la pleine conscience. Si vous souhaitez connaître différentes manières de pratiquer la pleine conscience, lisez notre article: « 5 exercices de pleine conscience pour améliorer votre bien-être émotionnel ».

6. Méthodes de distraction

Si nous utilisons des distractions appropriées, nous pouvons interrompre, même temporairement, la pensée qui nous cause de l’anxiété: arrêtez de penser, de lire, de vous détendre, de marcher, entre autres.

7. Produits psychopharmaceutiques

Il est possible que votre anxiété ait une composante physique. Si votre médecin vous confirme que votre état de santé n’est pas physique mais mental, vous pouvez demander une consultation avec un psychiatre et que certains anxiolytiques peuvent vous aider. Les médicaments peuvent être très utiles, mais vous devez également faire votre part. Ne pensez pas à l’automédication, même si quelqu’un vous dit que tout s’est bien passé.



Source link